Faire réviser son manuscrit

Série Publier soi-même son livre

Faire réviser son manuscrit

Saviez-vous que même les plus grands auteurs se font réviser? La révision fait partie intégrante du processus d’édition. Si vous avez terminé d’écrire votre manuscrit et songez à le publier, celui-ci doit d’abord passer entre les mains d’un réviseur professionnel. Voici les principaux éléments qu’une bonne révision permet d’améliorer.

1) Correction des fautes d’orthographe et de grammaire

C’est la base! Je suis désolée si je vous l’apprends, mais Antidote ne voit pas tout (et encore moins le correcteur intégré de Microsoft Word). Il est donc important de soumettre votre texte à la révision « humaine ». Nous relèverons entre autres les fautes de frappe (coquilles), les erreurs d’accord sujet-verbe ou nom-adjectif et les incohérences (même mot écrit de différentes façons dans le texte).

Des erreurs que je relève souvent dans les manuscrits que je révise touchent à la concordance des temps. Il s’agit de la cohérence entre les temps de verbes. Dans une phrase avec une conjonction, particulièrement au passé, il arrive que l’on s’embrouille. Prenons par exemple cette phrase :

Je me levai dès que je l’ai entendue* arriver.

Je me levai dès que je l’entendis arriver. => Deux actions au même moment (ou presque), donc les deux verbes sont au passé simple.

Je me levai bien que je l’ai entendue* arriver.

Je me levai bien que je l’aie entendue arriver. => Bon, car la conjonction « bien que » appelle le subjonctif.

Je me levai après que je l’ai entendue arriver. => Bon, car la conjonction « après que » appelle un verbe à l’indicatif.

Vous n’y comprenez rien? C’est une des raisons pour laquelle j’ai du travail! 😉

2) Amélioration du style

D’un point de vue purement normatif, le style n’est pas votre touche personnelle. On pourrait plutôt dire qu’il s’agit de rendre la lecture la plus agréable possible. Pour ce faire, je regarde particulièrement ces éléments :

  • les répétitions : éliminer les redondances et varier pour supprimer des répétitions (en utilisant des pronoms ou des synonymes, par exemple) améliorent beaucoup un texte;
  • la précision du vocabulaire : remplacer « une chose » ou « une personne » par un mot plus précis et remplacer les verbes « avoir », « être » et « faire » par des verbes plus expressifs, par exemple;
  • les tics d’écriture : éliminer les expressions qui reviennent souvent sans que ce soit voulu de la part de l’auteur (souvent commencer une phrase par « Alors, … », par exemple);
  • la concision : dire en un mot ce qui est écrit en plusieurs afin d’alléger le texte.

3) Adaptation du ton

Le Larousse définit le ton comme étant une « manière de parler significative d’un état d’esprit, d’un sentiment ou adaptée à une situation ». On distingue habituellement les tons personnels et officiels, qui varient selon le contenu du livre et le public auquel vous vous adressez. Le réviseur intervient pour assurer l’uniformité du ton.

Par exemple, si vous utilisez un terme familier alors que le ton de votre livre n’est aucunement ironique, sarcastique ou comique, il est sûrement préférable de le remplacer par un terme plus neutre. Tout dépend du contexte!

faire réviser son manuscrit

Le niveau de langage découle aussi de ce paramètre. Vous adressez-vous à des lecteurs aguerris ou à un public peu rompu à la lecture? Cela fait une grande différence dans la transmission de votre message et votre réviseur peut vous aider à viser juste.

4) Structure des idées

Le livre, dans son ensemble, doit former un tout cohérent et agréable à lire. Il se peut que la structure doive être remaniée à la révision pour :

  • renforcer le lien logique entre les chapitres;
  • éviter les redites, ce qui arrive parfois lorsqu’on écrit et que l’on est trop « collé » au manuscrit;
  • diviser une longue section qui serait mieux traitée en deux sections différentes;
  • créer une uniformité au sein du livre (par exemple, chaque chapitre peut commencer par un conseil ou une citation).

C’est vous qui indiquez à votre réviseur jusqu’à quel niveau vous souhaitez qu’il intervienne. Certains clients me laissent pratiquement carte blanche alors que d’autres précisent qu’ils ne veulent pas que je touche à la structure. Évidemment, dans le cas d’une œuvre littéraire, le réviseur n’ira pas jusqu’à changer le récit, mais il pourrait faire des suggestions pour améliorer la lecture.

Après la révision, la correction d’épreuve

Après avoir été révisé, votre manuscrit sera mis en page pour l’impression ou la diffusion en format numérique. Une dernière étape de révision est nécessaire pour s’assurer qu’aucune coquille n’a été insérée par erreur et que les coupures de mots sont conformes aux règles, entre autres.

< Étape précédente : Comment écrire un livre?
> Étape suivante : La mise en page (à venir)

Si vous aimez, partagez!
error
 Faire réviser son manuscrit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *